FEYDEAU ... A LA FOLIE !

Du 3 au 28 août 2010 à l'abbaye de Blanche Couronne de La Chapelle Launay (44)

Plus de détail sur la rubrique agenda

Réservations office de tourisme de Savenay : 02.28.01.60.16

PHOTO_FLYER.jpg

Mise en scène : Pascal JOLY

Avec : Hélène Merle, Pascal Joly, Laurence Bernard,Christophe Dias Valério,


Après avoir fait découvrir l’abbaye de Blanche Couronne sous son aspect poétique et enchanteur (Petits songes à Blanche Couronne), puis fait revivre les années fastes de la famille Toulmouche (Le petit théâtre de Mr et Mme Toulmouche), nous allons cet été ouvrir une nouvelle page historique de ce lieu, en faisant pénétré le public dans la nouvelle annexe de l’hôpital Saint Jacques de Nantes pour soigner d’une façon expérimental les maux de notre société moderne.



Résumé :

Pour la troisième année consécutive, la compagnie CLAP, installe sa résidence d'été à l'abbaye de Blanche Couronne à côté de Savenay (44). Pascal Joly, metteur en scène et comédien, a décidé cette année de s'attaquer au maître du vaudeville : Georges Feydeau, en montant FEU LA MERE DE MADAME.
Lucien rentre à 4 heures du matin du bal des quat’zarts, ce qui réveille son épouse Yvonne. S’en suit une scène de ménage cocasse sous l’œil endormie de la bonne Annette. Puis arrive Joseph, le nouveau valet de la mère d’Yvonne qui vient annoncer le décès de sa patronne…

Mais auparavant mr Millat et le professeur Saquet responsable du futur asile d'aliéné, ne saurons résister à l'envie de vous faire partager leur tout nouveau laboratoire expérimental : soigner par le théâtre. Au menu : Molière, Corneille, Rostand revisiter par leurs soins.

Durée : 1h30

avec le soutien de la Communauté de Communes de Savenay, la mairie de la Chapelle Launay et des compagnons de Blanche Couronne

REVUE DE PRESSE :

Pas une, mais deux pièces ! Une troupe nantaise investit l'abbaye de Blanche-Couronne pour une programmation originale. Aux répétitions, ça donne envie.

Une heure et demie de théâtre où vous ne vous ennuierez pas. La compagnie Clap s'installe pour la troisième fois en résidence d'été, dans l'ancien monastère de Blanche-Couronne, à La Chapelle-Launay.

Le labo expérimental, premier temps fort

L'idée est de « soigner les fous par le théâtre. » Le comédien et metteur en scène Pascal Joly est parti du passif psychiatrique de l'abbaye, où « devait être délocalisé l'asile Saint-Jacques de Nantes, dans les années 20 ». Devant un malade, les soignants n'ont qu'une alternative : le faire jouer. Un prétexte pour les quatre comédiens qui, sous la charpente de l'église abbatiale, interprètent des extraits de classiques. Mais la modernité est de mise ! De Corneille à Molière, les transitions sont soignées, déclamées sur un ton non forcé, jusqu'à Rostand et son Cyrano. Le public est concerné par cette troupe qui s'avance vers lui et le rend complice. Réplique finale : « L'expérience théâtrale nous a tous rendu ivres. »

Un Feydeau, sans amant ni coucherie

Pascal Joly adapte « la plus belle pièce courte » de Georges Feydeau : Feu La Mère De Madame. Lucien (Christophe Dias Valério) retrouve après une soirée arrosée son épouse Yvonne (Hélène Merle). Celle-ci apprend par le domestique (Pascal Joly) le décès de sa mère. Ravi de cette nouvelle, Lucien doit consoler Yvonne meurtrie, sous le regard de la bonne au fort accent alsacien (Laurence Bernard). Une heure de représentation. Pas d'amant, ni de porte qui claque mais prudence ! Le coup de théâtre n'est jamais loin.

Magali CHARNAILLAT. Ouest-France